Pour des femmes qui veulent se réapproprier leur corps avant de concevoir et de donner la vie.

Pour développer leurs qualités féminines et s’installer dans leur ventre.

Prêter attention au corps, relaxer les efforts en trop au dessus de la peur, de l’excitation, l’impatience qu’occasionnent un désir de nouveauté, une volonté de créer.

Faire silence dans sa tête, arrêter les commentaires qui nuisent à la confiance en soi (arrêter de croire « je ne vais pas y arriver, cela va être difficile, j’ai peur que cela ne marche pas… »).

Se recontacter avec son énergie et sa puissance féminine, développer une relation complice avec son compagnon, prêter attention à soi et à l’autre.

Permettre une écoute plus respectueuse de son propre rythme et de son individualité physique.

Une discipline douce qui soutiendra la femme pendant sa grossesse en diminuant les problèmes de dos ou d’estomac, en canalisant mieux l’énergie et les changements physiques.

Pour habiter son ventre, son bassin, son bas ventre, son périnée Pour être passive, laisser faire…

 

Développer une relation saine et claire avec son compagnon :

Terminer les conflits, clarifier les attentes, développer une relation physique et sexuelle simple et complice.

Digérer les vieux malentendus, se sentir plus libre tout en étant plus proche dans sa relation.

 

image : © José Alberto Fuentes

Après la naissance 

Toute l’attention est portée au bébé et c’est bien naturel. On aime ces bébés, ils sont beaux, ils sont attendrissants!!!! Mais la maman et le papa qui viennent de vivre des moments forts et intenses, qui voient leur vie toute différente, peuvent aussi avoir besoin d’attention, de soin et de se retrouver.

Je propose des séances, des moments précieux pour se renforcer, récupérer, se ressourcer. Des séances de techniques de massages actifs pour que l’énergie circule et que le corps assimile tous ces événements. J’ouvre un espace de paroles et d’échanges pour soi, se retrouver dans ce nouveau rôle d’être parent.

 

 

Après une césarienne ou une épisiotomie 

De plus en plus de femmes ont recours à la césarienne. En Suisse, ainsi que dans de nombreux pays, 3 femmes sur 10 sont amenées à vivre cette opération pour donner naissance à leur bébé.

La césarienne est une expérience humaine qui touche les femmes dans leur cœur, leur âme, leur ressenti physique, affectif et psychique. C’est une transformation majeure de l’expérience de l’accouchement autant pour la mère, le bébé et pour le père.

Dans mes séances privées au dans les ateliers ou cercles de parole, je propose de prendre en considération le vécu de la césarienne par la mère, pour qu’elle puisse récupérer de toutes les émotions, peurs et frustrations liées à l’opération, à l’anesthésie, à la salle d’opération et au service hospitalier.

Je propose un travail autour et sur la cicatrice: éviter les adhérences, soulager les douleurs, réveiller les zones d’insensibilité, réconforter et remettre en souplesse le bas ventre.

Travailler sur la fatigue liée conjointement à la naissance du bébé et à la l’opération de césarienne ou de l’épisiotomie.

C’est aussi l’occasion de renforcer l’attachement de la maman au bébé.

Ces séances sont tout aussi bénéfiques plusieurs années après la césarienne ou l’épisiotomie

Parce que la césarienne est souvent banalisée, on oublie que c’est une opération et que le corps a besoin d’une attention particulière pour récupérer de cette naissance bien particulière. Il y a l’anesthésie, le panel d’émotions ressenties avant, pendant et après l’opération, la cicatrice, la douleur, le manque de confort après la naissance, la difficulté de bouger, de marcher… c’est déjà tout un programme pour une jeune maman pour s’adapter à son nouveau rôle et de prendre soin de son bébé, alors, après une césarienne ou une épisiotomie, c’est encore plus délicat.

Que ce soit juste quelques heures ou quelques jours après la césarienne, que ce soit bien des années plus tard, vous pouvez toujours prendre le temps pour vous remettre pleinement de votre accouchement par césarienne : prendre soin de votre cicatrice, prendre soin de parler de votre ressenti et de vous octroyer un espace d’écoute et de reconnaissance pour ce que vous avez vécu qui  reste « non digéré ».

Je propose des moments privilégiés pour diminuer la douleur, récupérer des sensations de bien-être dans la zone du bas ventre, renforcer la force musculaire de toute la zone du bas du dos et du bas ventre, faire de sa cicatrice une zone ressource, apprendre à la toucher, à la respecter, à l’aimer. J’ouvre un espace à des possibilités d’évacuer les émotions cristallisées pendant la naissance, à prendre soin de ses sentiments de culpabilité, de colère, de frustrations, de déception. Se sentir plus en lien avec son enfant.

Avec ma collègue Julia (de Lausanne) nous proposons également des cercles de femmes, des groupe de paroles et des ateliers. (voir rubrique activités)

 

Témoignage:

Merci beaucoup pour ton soutien au cours de cette année. Tu m’as aidée à construire un lien plus empathique avec ma cicatrice et à arriver à la fin de l’année plus heureuse et plus à l’aise dans mon rôle de maman que je n’en étais au début.

Maria Alice – Décembre 2014

 

 

Avant la césarienne

Si votre césarienne est programmée, quelqu’en soit la cause, je propose un accompagnement prénatal et un accompagnement pendant l’accouchement. Afin de vous sentir entourée, rassurée et diminuer le niveau de tensions avant la naissance par césarienne de votre(vos)  enfants, pour mieux vous préparer à votre accouchement et le vivre le plus sereinement possible.

Fausses couches 

Pour prendre soin des femmes qui traversent des moments de solitude face à leur fausse couche. On a tendance à banaliser, à mettre de côté cette expérience de femme. Je propose des séances pour ouvrir un espace à toutes les émotions ravalées, enfouies, cachées qui ne permettent pas de digérer la fin d’une grossesse, la perte d’un rêve. C’est aussi prendre soin des douleurs physiques et psychiques. Ramener l’attention dans le corps pour renforcer énergétiquement la zone dela matrice. Celapeut également être en vue d’une prochaine grossesse pour renforcer ses qualités féminines et diminuer son niveau d’appréhension.

 

Deuil Périnatal

Se remettre de la perte d’un bébé. Comment se sentir soutenue dans sa douleur, dans la séparation et la désillusion face à un événement heureux tant attendu qui se termine dramatiquement. Trouver des ressources de paix dans son corps pour calmer le mental et laisser exprimer sa colère, sa rage, son sentiment d’injustice.

Trouvez d’autres ressources sur le site: http://www.agapa-suisseromande.ch

 

La péri ménopause 

Parce que la ménopause est une période qui peut être bien remuante pour certaines femmes avec ses humeurs en dents de scie, avec la fatigue, des douleurs qui voyagent ici et là, le corps qui change, le sommeil perturbé, et que ce n’est pas un sujet dont on discute facilement avec ses collègues ou ses amies, j’offre un espace de soins et d’écoute pour cette période de réflexion, de transformation, de remise en question.

Je propose un espace d’accompagnement pour partager et reconnaître ses inconforts, recevoir un toucher qui rassure, qui apaise les humeurs, les peurs, les angoisses. Je propose des séances pour soutenir le corps dans son processus de changement, pour vivre ces moments moins seule et de manière plus sereine avec moins de résistance.

 

 

 

http://s10.postimage.org/smilzoa5x/Recto_flyer_07_12.jpg?noCache=1343901914

http://s8.postimage.org/dus6kbwm9/Verso_flyer_07_12.jpg?noCache=1343901999

 

 

Témoignages lors du groupe de paroles:

  • « Ça fait du bien d’en parler, d’écouter les autres mamans, ne pas se sentir toute seule »
  • « Ça donne un peu d’espoir de bien vivre avec ça »
  • « Ça permet de faire le lien avec la papa et le bébé »

Témoignages après une fausse couche

  • Je vais essayer de vous faire part de ce que j’avais ressenti après notre séance, même si je dois avouer qu’après neuf mois je n’arrive pas à être très précise. C’est plutôt un sentiment de soulagement qui m’avait envahi après, je me souviens avoir eu envie de me redresser en marchant dans la rue en sortant de chez vous et me dire que j’étais prête pour une nouvelle aventure. Le lendemain dans ma voiture je me souviens avoir eu envie de chanter très fort et de ‘pousser’ un peu ma voix, comme si j’avais cherché du souffle et que je l’avais retrouvé.
    D’ailleurs je me souviens que nous avions parlé de respiration et que j’étais effectivement à bout de souffle, sans énergie à ce moment-là. Je pense que c’est encore quelque chose que je dois travailler, surtout que j’en ai besoin dans mon métier d’enseignante, mais en tout cas sur le moment ça m’avait bien aidé. (C. 2010)
  • Suite à ma fausse couche, je me sentais terriblement triste, en colère, coupable et malgré un entourage très présent, je me sentais seule! Véronique m’a permis d’extérioriser mes émotions et ma souffrance, par la parole et par le corps. Elle m’a permis de réinvestir positivement les zones douloureuses de mon corps et de diminuer mes angoisses face à une nouvelle grossesse. (S. 2011)
  • « C’est suite à une fausse couche que j’ai rencontré Véronique.
    Cela peut paraître surprenant mais ce n’est pas tant la perte de ce bébé qui m’a amené à faire cette démarche mais la douleur psychologique provoquée par le manque d’information, d’accompagnement tout au long de cette expérience et la douleur physique, très violente, liée au déclenchement de la fausse couche par traitement médicamenteux.J’ai accepté le fait que Dame Nature ai décidé que cette histoire ne devait pas continuer mais j’ai, par contre, très mal vécu ce manque de suivi de « l’après fausse couche ». J’ai découvert que la fausse couche étant quelque chose de si fréquent (1 femme / 10) que celle-ci est alors devenue une banalité sans nom.
    Le manque de conseil et d’information lors de mon dernier rendez vous de contrôle chez le médecin m’a laissé désemparée. Que vais-je faire de cette douloureuse expérience ? Est-ce que je peux me relancer tout de suite dans la conception d’un enfant ?Véronique m’a donc proposé de travailler sur la peur, cette peur de revivre à nouveau cette douleur, cette peur qui vous empêche d’avancer. Par la méthode du toucher elle m’a fait prendre conscience des lieux de tensions notamment dans mon ventre alors totalement « aspiré », complètement tenu
    ( et ne pouvant laissé place à une quelconque vie… ) L’apprentissage est de prendre conscience au quotidien de cet état, au bon moment, et d’en sortir, principalement par la respiration, le mouvement et un travail de relâchement, afin de favoriser un mieux-être.Je me dis que si j’avais eu la chance de pratiquer plus tôt cette méthode, elle m’aurait été utile dans ces moments de douleurs. Cette accompagnement aurait été précieux et aurait peut être pu aider à une expulsion naturelle.

    J’ai compris qu’il était important de s’entourer des bonnes personnes afin de se lancer à nouveau dans cette aventure et je sais aujourd’hui à qui m’adresser si ma pratique personnelle n’est pas suffisante et a besoin d’un petit coup de pouce ! » (N 2012)

Témoignage après l’accouchement

  • Deuxième enfant. Séance après 1 mois
    1er jour :
    Je ressens une plus grande assurance avec mon bébé. Je joue avec lui, rigole, me sens joyeuse et ça le fait sourire, c’est contagieux. Avec Léo, le grand, j’ai partagé un agréable moment en revenant de l’école. On s’est promené à travers champs et c’était agréable. ça nous a fait du bien à tous. Après à la maison, Léo est venu se caliner vers Tim et moi, ce qui est très rares, car il n’a jamais été très calin avec moi. Les enfants couchés, une journée remplie d’émotions positives, et mon corps me rappelle que j’ai des désirs sexuels; Lovée contre mon chéri, j’ai envie de lui et ça faisait bien longtemps.2ème jour :
    Je ressens des courbatures dans les jambes, dans le dos et j’ai la nuque raide. Je me sens fatiguée, lasse et triste. J’ai une boule à travers la gorge. Je n’arrive pas à soupirer et à étancher ma soif. Je manges par nécessité, car j’ai peur de n’avoir pas assez de lait si je n’avales rien. Je ne ressens pas le goût de ce que je manges. Je manges comme un glouton, debout la plupart du temps, encourant la plupart du temps entre la plaque de cuisson et la table pour servir Léo qui rentre de l’école vite avant que Tim ne se réveille. J’ai une boule à l’estomac et je sens ma digestion bloquée ( pas étonnant…) et ça a aussi un effet sur ma respiration qui se fait plus difficile. Bref, ce fut une journée très instructive pour m’apprendre mes limites et voir qu’il y a un certains rythmes à mettre en place pour que tout le monde si retrouve. ça ira mieux les jours suivants…3ème jour : mercredi
    J’arrives à faire des activités avec mes 2 enfants. Nous sommes allés ensemble à la MJC, emmener Léo à la gym; Tim a faim lorsqu’on revient chercher Léo alors moi qui suis souvent angoissé par l’inconnu, j’improvise cette fois sereinement, emmène Léo à la bibliothèque, me cale dans un petit coin pour allaiter Tim pendant que Léo dévore des BD. Tout le monde est serein. Je n’ai rien noté sur les jours suivants, mais ce que je me rends compte après plus d’une semaine de la séance, c’est à quel point j’étais coupée de mes jambes? Au lieu d’être portée par elles, j’ai parfois l’impression de les trainer. ça m’a fait beaucoup de bien de reprendre contact avec cette énergie et tout le bas de mon corps. Je sens qu’il y a encore du travail à faire. Je continue de marcher mais je souhaite refaire une séance avec vous si c’est possible pour réveiller encore ces parties de mon corps. (AD 2011)
  • Après la naissance d’un premier enfant.
    Cette séance m’a permis de me rendre compte  » d’attitudes physiques cristallisées » et de « lâcher prise », de détendre les zones ayant été ou étant douloureuses, d’évacuer les angoisses allant avec. Cela m’a fait beaucoup de bien et je suis ressortie détendue. Alors merci… (F 2011)